Waterball : la bulle de hamster géante

Une fête d’anniversaire est toujours l’occasion de s’amuser. Cette fois-ci, un peu plus encore car on ramène deux Waterball !

Une Waterball, c’est quoi ? C’est une bulle en plastique gonflable de 2 mètres de diamètre, dans laquelle on peut rentrer et ensuite marcher sur l’eau.

Une princesse dans une waterball

Une princesse dans une waterball

 1. La location

Je cherche sur internet des loueurs en région parisienne, j’obtiens un devis, mais aussi les conditions de location :

–          Soit on prend le service « Animateur accompagnant » durant toute la durée de la location

–          Soit on prouve qu’un infirmier sera présent sur place au moment de l’activité (et pas un secouriste de pacotille, quelqu’un avec un vrai Brevet d’Etat d’infirmier).

Comme on projette ça sur tout un week-end et à perpette les oies, la chasse à l’infirmière commence. Par chance, il y a une médecin dans les invités du week-end, qui s’engage à surveiller l’activité et qui fournit une copie de son diplôme de médecine. Des formalités un peu lourdes donc…

Pour le retrait des marchandises, passage à l’entrepôt du loueur, on récupère deux boules toutes neuves ainsi qu’un gonfleur, et même un aérosol de dégrippant pour les fermetures-éclairs.

2. La mise en place

Sur la place du village où on se trouve, il y a un bassin de 5 x 10 mètres. Ce sont des dimensions idéales : suffisante pour s’amuser dans la boule, et réduites pour récupérer facilement les bulles et leur occupant en cas de souci.

waterball - gonflage

Un coup de gonfleur, ça donne un peu d’air

Comme il n’y a rien pour brancher le gonfleur, il faut démarrer un groupe électrogène (et oui, il faut penser à tout!)

Gonfleur allumé, on place le manchon dans la bulle entrouverte et elle se gonfle en une minute.

C’est l’heure de faire entrer un cobaye dans la bulle. On ouvre la fermeture en grand pour le laisser passer, et là c’est le drame : la bulle se dégonfle et le cobaye doit ramper sous le plastique détendu.

Une deuxième phase de gonflage jusqu’à bien tendre la bulle, on ferme le zip étanche et c’est parti pour le fun.

Sécurité oblige, on lance un timer. Comme la bulle est étanche et la quantité d’air limité, le prisonnier de la bulle devra faire demi-tour dans 5 minutes. La durée réglementaire étant de 8 minutes, avec un premier vertige annoncé un peu plus tard.

3. Le Waterballing 

Debout dans la bulle, sur la berge, quelques pas permettent d’arriver en douceur dans l’eau.

C’est là que ça commence vraiment. Le principe est super simple : marcher pour faire avancer la boule, mais l’équilibre est précaire. La boule ne tourne pas régulièrement, et on se retrouve à courir dedans sans savoir pourquoi, avant de tomber à l’intérieur. Fort heureusement, on est bien amorti par l’eau.

Les participants développent plusieurs techniques de progression : avancer à quatre pattes, enchaîner les galipettes, ou courir en s’équilibrant avec les mains sur la paroi devant soi.

waterball - sur l eau 1

On fait comment pour la sauver, quand c’est la surveillante d’activité dans la bulle ?

Le résultat : ben euh… comment dire… vu que la bulle en plastique est bien lisse, on n’avance pas vraiment. On avançouille plutôt… doucement mais surement.

4. Les impressions

Tout d’abord, la légère surpression m’a personnellement fait mal aux oreilles. Ensuite, on est toujours en train de courir pour avancer, donc on est très vite essoufflé, et certains paranoïaques mettent ça sur le compte du manque d’air… Mythe ou réalité ? aucune idée. L’odeur de plastique des bulles neuves n’aide pas non plus à se défaire de cette claustrophobie ambiante.

Plusieurs personnes parmi celles qui ont testé n’ont fait que quelques mètres avant de revenir, n’appréciant pas du tout la sensation.

5. Les fails

Bien que les bulles soient neuves, un problème de fermeture éclair est survenu lors de la deuxième mise à l’eau. Le zip fermé, les dents de la fermeture n’étaient pas bien agencées et je me suis rendu compte d’une voie d’eau au milieu de la mare.

Etre enfermé dans une bulle, qu’on ne peut pas ouvrir de l’intérieur, qui prend l’eau et qui se dégonfle, en étant en plein milieu de la mare, c’est vraiment pas rassurant. Heureusement que le plan d’eau était petit, et j’ai regagné le bord rapidement pour qu’on me libère.

waterball - chute

Un supporter du PSG qui s’est probablement perdu…

Le deuxième fail, c’est quand on fait monter une petite fille dans la bulle. Au bout de trois tours, on se dit qu’elle gère, mais dès la première minute, elle s’allonge sur le ventre et ne bouge plus. On l’appelle pour lui demander comment elle va, mais pas de réponse. C’est un peu normal, on entend quasiment rien du monde extérieur lorsque l’on est dans ces bulles.

Grand moment d’excitation autour du bassin, les gens présents commencent immédiatement à paniquer. Bien qu’on sache qu’il reste plein d’air dans la bulle (car ça faisait seulement une minute qu’elle était dedans), on se demande qui va aller récupérer au milieu du bassin. Puis, au bout de 30 secondes qui ont paru une éternité, la petite se relève, et annonce fièrement : « Je regardais les poissons ! ».

6. En résumé

C’est marrant, mais ça ne plait pas à tout le monde

C’est clairement dangereux si ça n’est pas fait dans des conditions optimales.

C’est compliqué à mettre en place (groupe électrogène, bassin adapté)

Et en plus, c’est pas donné.

Mais si vous voulez tenter l’expérience, c’est ici : www.jeux-gonflables.net

Et un cadeau pour la fin : la vidéo !

Publicités